Chat Pirard (Beyne-Heusay)

Le terrain qui attire les rapaces

1. Localisation
2. Quelques qualités
2.1 Terres agricoles et espace de chasse pour les rapaces
2.2 Vue imprenable et… lieu vu de partout
3. Affectation au Plan de secteur
4. Projet en cours
4.1 Histoire de propriétés
4.2 Un des trois projets de la société Scheen
4.3 Le projet de Chat Pirard
4.4 Notre avis
5. Une première position de la commune de Beyne-Heusay

1. Localisation

Cet espace de près de 7,5 hectares (75.000 m²), est situé sur la commune de Beyne-Heusay. Il est bordé au nord-est par le RAVeL et au sud par le bois situé en contrebas du château de Neufcour. A pied, cet espace est accessible par le RAVeL et la rue Neufcour. En voiture, depuis qu’un des deux accès à la rue Neufcour a été barré à hauteur du parc à recyclage, le Chat Pirard n’est plus accessible que par l’avenue du Pont, située à l’arrière de la maison communale de Beyne-Heusay, le pont surplombant le RAVeL et l’autre entrée de la rue Neufcour.

Entouré d’orange, le lieu dit “Chat Pirard”

2. Quelques qualités

2.1 Terres agricoles et espace de chasse pour les rapaces

Le site de Chat Pirard est actuellement cultivé. Le bâtiment situé en son centre est l’ancienne ferme Florkin, construite vers 1920. La présence de parcelles cultivables dans cet endroit est une réelle opportunité pour l’agglomération liégeoise.

Cet espace ouvert, voisin de zones boisées, est une aubaine pour la biodiversité. Notamment, les rapaces font de cet espace ouvert un réel terrain de chasse. Observez le ciel quelques minutes et vous les verrez.

2.2 Vue imprenable et… lieu vu de partout

Depuis les terres agricoles mais aussi depuis le RAVeL qui les longe, on bénéficie d’une vue incroyable sur tous les environs. C’est un des seuls points de vue qui permette de percevoir le vallon du Ry-Ponet et en arrière-plan les vallées de la Meuse et de l’Ourthe. Le paysage est absolument magnifique.

Dans son étude réalisée en 2004 à la demande de la Région Wallonne [1], ADESA a identifié en bord de route de la rue Neufcour un Point de Vue Remarquable [2]
Vue 2018 et photo de l’étude ADESA 2004 avec analyse des points de repères visibles, extrait de l’étude « Un parc paysager au Ry‐Ponet : une opportunité pour la métropole liégeoise – Uliège »

Puisque, depuis Chat Pirard, il est possible d’observer de nombreux endroits du paysage, il est évident que ce site est vu depuis tous ces endroits, donc depuis presque toute l’agglomération. Faites l’exercice. Repérez la forme de ce site triangulaire et l’ancienne ferme Florkin en son centre et amusez-vous à repérer tous les endroits d’où vous vous les voyez ! Vous serez étonnés.

Vue depuis les rue des Hômes au Sart-Tilman, photo prise lors du Beau Vélo de RAVeL le 17 août 2019, (c) RTBF

3. Affectation au Plan de secteur

Au Plan de Secteur, adopté en 1987, cet ensemble de terrains a été placé en zone « constructible », plus précisément en zone d’habitat. Il serait donc principalement destiné à la résidence.

Si cet aplat rouge peut paraître logique de prime abord quand on regarde son voisinage sur une carte, en 2D, et qu’on verrait bien s’y développer du logement, il en est tout autrement lorsqu’on prend la peine de connaître le terrain en 3 dimensions, comme nous vous l’avons présenté précédemment.

4. Projet en cours

4.1 Histoire de propriétés

Jusqu’en 2000, une partie significative du site du Ry-Ponet appartenait à la Compagnie financière de Neufcour S.A. [3] et à sa filiale la société Bouille S.A. Ces sociétés sont des émanations de la S.A. des Charbonnages de Wérister [4].

Ces sociétés possédaient le Château de Neufcour, le site Haïsses-Piedroux, la Ferme du Père Lejeune, la Ferme Sainte-Anne, les parcelles de la rue Sainte-Anne et le site du Chat Pirard dont traite cet article.

Les terrains de Chat Pirard ont été cédés le 6 juin 2000 à la société anversoise La Planète Verte nv, en même temps que les terrains de la rue Sainte-Anne et de la Ferme Sainte-Anne, et bien d’autres.

Les terrains de Chat Pirard, comme ceux de la rue Sainte-Anne, sont actuellement donnés en location pour exploitation agricole à Monsieur Léonard, l’agriculteur déjà propriétaire des terrains voisins.

Depuis l’acquisition de ces terrains, la société La Planète Verte nv aurait étudié des projets d’urbanisation pour Chat Pirard, la rue Sainte-Anne et la Ferme Sainte-Anne mais nous n’avons pas de renseignements précis à ce sujet.

4.2 Un des trois projets de la société Scheen

Début octobre 2019, notre Plateforme a été contactée par la société Scheen-Lecoq qui nous a informé avoir signé un compromis avec la Planète Verte pour l’acquisition de ces trois sites et avoir l’intention d’y mener des projets.

A la demande du Bourgmestre de Beyne-Heusay qui souhaitait que son Conseil communal reçoive une information complète sur ces projets, la société Scheen-Lecoq les a présentés en séance du 17 février 2020.

4.3 Le projet de Chat Pirard

Lors de sa présentation, Monsieur Scheen a expliqué son projet pour Chat Pirard (zone A) impliquant la construction de 105 logements agencés de la manière présentée sur le schéma de principe ci-dessous. Attention, plissez les yeux pour le regarder car la rue est représentée en gris et les bâtiments en blanc.

Schéma d’aménagement de principe, intentions et images de référence, présentées lors de la réunion de présentation au conseil communal. Images propriété de la société Scheen Project, qui nous ont été remises avant la présentation au conseil communal.
Schéma d’aménagement de principe, intentions et images de référence, présentées lors de la réunion de présentation au conseil communal. Images propriété de la société Scheen Project, qui nous ont été remises avant la présentation au conseil communal.
Schéma d’aménagement de principe, intentions et images de référence, présentées lors de la réunion de présentation au conseil communal. Images propriété de la société Scheen Project, qui nous ont été remises avant la présentation au conseil communal.

Au moment où nous rédigeons ces lignes (avril 2021), ce projet d’urbanisation est toujours au stade d’avant-projet et aucune demande de permis n’a été introduite à notre connaissance.

Par contre, la société Scheen-Project a déposé une demande de permis pour la Ferme Sainte-Anne.

4.4 Notre avis

Dans notre article d’actualité du 2 avril 2020, nous avons exprimé l’avis de la Plateforme au sujet des trois projets de la société immobilière.

Sans entrer dans les détails, nous avons indiqué que « le projet de la société immobilière Scheen-Lecoq aura un impact très important sur son environnement et est antagoniste avec un projet de protection et de mise en valeur du site paysager par la création d’un « parc métropolitain » (autrement dit, un « parc naturel et rural en milieu urbain ») dans le respect des habitants et des usagers déjà présents. »

Ce projet aurait des impacts multiples en termes de mobilité, de ruissellement d’eau, de suppression de terres agricoles en périphérie des zones urbanisées, mais aussi un gros impact paysager. Il supprimerait sur plusieurs centaines de mètres l’accès libre au paysage pour tous les promeneurs de RAVeL. Il privatiserait l’accès au paysage sur cet espace en en réservant la jouissance à une partie des nouveaux habitants. Enfin, la vue sur cet ensemble paysager remarquable serait complètement gâchée à partir des nombreux endroits d’où on peut l’apercevoir et l’apprécier aujourd’hui.

5. Une première position de la commune de Beyne-Heusay

Comme expliqué en détail dans notre article « Le Plan de Secteur est une chose mais obtenir un permis en est une autre », une couleur rouge apposée sur des parcelles ne signifie pas automatiquement qu’elle sera construite un jour.

Le 04/12/2017, la commune de Beyne-Heusay a adopté à l’unanimité une motion réaffirmant sa volonté de préserver des zones de paysage naturel.

Cette motion indique notamment que « l’ensemble du territoire beynois mérite une prise en compte des paysages naturels y compris pour les zones réservées à l’urbanisation […] » et que « le Collège communal beynois est attentif dans la délivrance des permis d’urbanisme à la gestion parcimonieuse du sol en préservant des espaces non bâtis au sein des espaces bâtis et en développant une gestion active du paysage, sans que pour autant une modification du plan de secteur ne soit sollicitée ».


[1] En 1995, la Région Wallonne avait comme objectif la révision des Plans de Secteur et, dans ce cadre, la détermination des Périmètres d’Intérêt Paysager, des Points de vue et Lignes de vue remarquables à y inscrire, et ce parce que les Périmètres inscrits lors de l’élaboration des plans de secteur ne l’avaient pas toujours été selon des critères pertinents. La Région Wallonne a alors confié une étude à l’ASBL ADESA. Les modifications n’ont malheureusement jamais eu lieu mais l’étude ADESA est régulièrement consultée et a une valeur indicative.

[2] Les points de vue remarquables (PVR) « sont des lieux ponctuels d’où l’on jouit d’une vue particulièrement belle » ; tandis que les lignes de vue remarquables (LVR) « sont des lieux linéaires d’où l’on jouit d’une vue particulièrement belle ».

[3] La S.A. des Charbonnages de Wérister a été créée en 1874. En date du 29/12/1995, elle a été scindée en deux branches : d’une part la Compagnie Financière de Wérister S.A. et d’autre part la Compagnie financière de Neufcour S.A. elle-même constituée de deux filiales, la S.A. Bouille et la S.A. Werimmo-Luxembourg.

[4] « Le Groupe Neufcour est constitué de trois sociétés actives en Belgique – à savoir : Neufcour, Bouille SA (détenue à 99,95% par Neufcour) et Foxhalle SRL (détenue à 99,90% par Neufcour) et d’une quatrième société sise à Luxembourg, Wérimmo Luxembourg SA (détenue à 66,64% par Neufcour).» Extrait de https://live.euronext.com/sites/default/files/2020-07/Note%20d_information%20Neufcour.pdf