Memorandum

Memorandum de la Plateforme Ry-Ponet à l’occasion des élections communales et provinciales du 14 octobre 2018

Pour le Parc du Ry-Ponet et une politique d’aménagement du territoire respectueuse de l’environnement et des habitants

Site du Ry-Ponet – Vue Google

LES CONSTATS

1. L’existence d’un espace paysager d’envergure possédant de multiples atouts

À 5km du centre historique de Liège existe un site de plus de 300 hectares, essentiellement composé de prairies, de cultures agricoles, de landes et de bois, qui possède des qualités paysagères remarquables, notamment grâce à son relief façonné par les 3 ruisseaux qui le traversent, dont le Ry-Ponet.
Situé à cheval sur les communes de Beyne-Heusay, Liège, Chaudfontaine et Fléron, logé au cœur d’une boucle de la célèbre Ligne 38 du RAVeL et traversé par de nombreuses promenades déjà identifiées, ce site a été déclaré dans sa totalité « périmètre d’intérêt paysager » en 2004 par une étude de l’asbl ADESA réalisée à la demande de la Région Wallonne. De nombreux points de vue remarquables ont été identifiés, dont certains, exceptionnels, permettent d’avoir une vue simultanée sur les 3 vallées de la Vesdre, de l’Ourthe et de la Meuse ainsi que sur des sites importants de la région tels que le haut-fourneau d’Ougrée, la Mémorial de Cointe, la tour des finances et de nombreux terrils.

Ce site comprend aussi des témoins patrimoniaux et historiques de grande qualité – la ferme Sainte-Anne et la chapelle Sainte-Anne entourée de ses tilleuls, au centre du site et en son point culminant, mais aussi le château de Neufcour, le château des Bruyères, la ferme du Père Lejeune,…

La diversité de milieux naturels induit un très haut degré d’intérêt biologique, exceptionnel aux portes de Liège, et qui permet à une faune et une flore variées de se maintenir au milieu des espaces urbanisés. Les qualités pédologiques (zones d’alluvions) en font également une réserve précieuse de terres propices à la culture.

2. Ce site est soumis à une forte pression immobilière

Véritable patrimoine préservé jusqu’ici, ce site est de plus en plus soumis à divers endroits à la pression immobilière. Sans vision, il pourrait très rapidement être grignoté jusqu’à perdre ses qualités voire disparaître, alors qu’il est aujourd’hui un véritable atout pour la région.

Projet Neufcour

Le projet Neufcour aux Haïsses-Piedroux
Sur 35 hectares situés sur le territoire de la Ville de Liège (la zone dite des Haïsses-Piedroux à Chênée), la société immobilière Neufcour a conçu un projet de méga-lotissement de 520 logements. Soumis en juin 2017 à une enquête publique, ce projet a fait l’objet de pas moins de 4.773 courriers de réclamation Trois mois plus tard, la société Neufcour a décidé de retirer sa demande de permis d’urbanisation tout en annonçant qu’elle représentera en 2019 une nouvelle version de ce projet « sans modification fondamentale concernant le logement et les voiries ».

Forts de la réponse sans équivoque issue de l’enquête publique, la Plateforme Ry-Ponet maintient que ce projet n’a rien d’un « écoquartier » et que, éloigné et déconnecté des transports en commun (bus et trains), il serait néfaste tout à la fois au « vivre ensemble », à la mobilité, au commerce local et à l’environnement.

Un projet d’extension de l’hôpital des Bruyères
Un projet d’extension de l’hôpital vient d’être rendu public. Selon la presse, il prévoit le rehaussement de trois niveaux d’un bâtiment et son extension de plus de 15.000 m², augmentant considérablement la capacité de l’hôpital mais aussi la capacité de parking (250 places supplémentaires réservées à la patientèle). Nous seront vigilants concernant l’extension du parking au risque d’une nouvelle diminution des espaces verts.

Hôpital des Bruyères

Des projets à Beyne-Heusay
Des terrains en zones d’habitat sont présents sur la commune de Beyne-Heusay et sont la propriété d’une société immobilière qui souhaite les valoriser.

D’autres terrains (sur Liège, Fléron et Chaudfontaine) sont situés en zones urbanisables au plan de secteur, notamment des ZACC.

3. Ce site fait l’objet d’une attention particulière et d’une reconnaissance grandissante

Par les exploitants, les habitants et les usagers du site
Au-delà de leur rejet massif du projet de construction « Haïsses-Piedroux », de nombreux exploitants, habitants et usagers du site, manifestent régulièrement leur volonté de voir ce site préservé et mis en valeur, notamment lors des journées de découverte du site organisées par la Plateforme Ry-Ponet.

Par des associations
De nombreuses associations ont constaté l’importance du site en matière de biodiversité (Natagora, Nature et Progrès, Inter Environnement Wallonie, …).

Par des experts
Depuis 2014, l’asbl UrbAgora plaide pour la création d’un parc sur ce site.
Lors de l’examen du projet Haïsses-Piedroux en juin 2017, la Commission consultative de l’Aménagement du Territoire et de la Mobilité (CCATM) de Liège a émis un avis défavorable sur le permis d’urbanisation et a mis en avant le potentiel du site de 300 hectares.
Des professeurs de la Faculté d’Architecture de l’Université de Liège, intéressés par notre démarche citoyenne, ont décidé que les projets de leurs étudiants de cette année académique 2017-2018 porteraient sur le site du Ry-Ponet et le développement urbanistique de Chênée. Les analyses et les projets menés par les étudiants sont éloquents et démontrent le grand potentiel du site.

Dans le cadre de la campagne « Réinventons Liège »
Le projet 737 « Ry-Ponet : un vaste espace vert à préserver » déposé par notre plateforme s’est classé en 2ème position des votes positifs exprimés parmi les 983 idées déposées lors de la campagne et en 1ère position dans la thématique « Espaces verts, Végétalisation, Agriculture urbaine ».

Par l’adoption de résolutions par 3 conseils communaux concernés

> En octobre 2017, les conseils communaux de Chaudfontaine puis de Liège ont adopté à l’unanimité des résolutions intitulées «  Pour la reconnaissance du Parc du Ry-Ponet ». Celles-ci soulignent « la valeur, notamment paysagère, du site dans son ensemble », indiquent « qu’il est souhaitable, dans une grande agglomération urbaine, de conserver des espaces verts liaisonnés, afin de préserver la diversité biologique et de développer des espaces de loisirs » et insistent sur l’utilité « de promouvoir, dans l’agglomération liégeoise, un lieu de détente en milieu semi-naturel, par exemple pour permettre aux familles de jouir d’un cadre agréable contribuant au bien-être ».

> Plus particulièrement, le Conseil communal de Liège considère que la préservation du site « est un enjeu majeur pour l’avenir urbain de l’agglomération » et souhaite « que soit mené un travail commun entre les communes concernées en vue d’établir un périmètre protégé de toute urbanisation nouvelle, incluant le site du Piedroux ».

> Le 4 décembre 2017, le conseil communal de Beyne-Heusay a adopté une « déclaration d’intention concernant les espaces verts situés sur le territoire beynois », où il souligne son attention « dans la délivrance des permis d’urbanisme à la gestion parcimonieuse du sol en préservant des espaces non bâtis au sein des espaces bâtis et en développant une gestion active du paysage, sans que pour autant une modification du plan de secteur ne soit sollicitée ».

NOS VOLONTÉS

1. La création d’un parc métropolitain du Ry-Ponet

La Plateforme Ry-Ponet souhaite protéger et mettre en valeur ce site paysager par la création d’un « parc métropolitain » (autrement dit, un « parc naturel et rural en milieu urbain ») dans le respect des habitants et des usagers déjà présents.

Ce parc pourrait remplir plusieurs rôles :

Un rôle en matière de LOISIRS, avec des itinéraires de randonnée pour les promeneurs, les cyclistes et les chevaux, des espaces de détente, des terrains pour le sport,… dans la nature et au grand air, correspondant au besoin incontestable de la population de renouer avec la nature.

Un rôle en matière de MOBILITÉ DOUCE, quotidienne et utilitaire, au service des habitants des quatre communes, en réhabilitant des sentiers historiques favorisant ainsi la connexion entre quartiers, dégorgeant ainsi les grands axes de communication.

Un rôle en matière d’AGRICULTURE, par le développement de petites exploitations de maraîchage, et un renforcement des forme d’agricultures respectueuses de l’environnement déjà présentes sur le site, offrant des produits sains et locaux qui pourraient être vendus sur place mais aussi livrés aux magasins des quartiers environnants, répondant ainsi au nécessaire renforcement des circuits-courts et au maintien d’une ceinture alimentaire.

Un rôle en matière de TOURISME DOUX en lien avec le RAVeL, par le développement d’activités de tourisme doux notamment en utilisant la Ferme Sainte-Anne, qui pourrait servir de halte pour les promeneurs, mais aussi de lieu d’accueil pour le parc, de lieu d’hébergement agro-touristique,…

Un rôle en matière de DEFENSE DE L’ENVIRONNEMENT, en protégeant et en agrandissant les espaces naturels existants (bois, zones humides, pâtures) et en créant une réserve naturelle sur les espaces les plus intéressants, en favorisant la préservation de la biodiversité mais aussi la qualité de l’air et en s’insérant dans le « maillage vert » de l’agglomération.

Un rôle en matière d’EDUCATION, notamment en mettant en valeur les éléments historiques et patrimoniaux du site (bâtis, fortin, charbonnage, terril,…) et ses qualités remarquables (compréhension du territoire, paysages, écosystèmes,..).

Un rôle en matière d’INNOVATION SOCIALE, à travers la mise en place d’un collectif associant acteurs publics, propriétaires, habitants et exploitants agricoles, joignant leur force dans l’optique de la conservation, l’entretien et la valorisation d’un paysage culturel remarquable et original.

2. Une vision globale en matière d’aménagement du territoire

La Plateforme Ry-Ponet considère que la nécessaire protection du site et le besoin d’une vision globale en matière d’aménagement du territoire sont indissociables.

Le défi démographique est de taille : 45.000 nouveaux logements en 20 ans à créer sur l’arrondissement de Liège (estimation intégrée par le Schéma de Développement de l’Arrondissement de Liège et Environs – SDALg). Dans les conditions actuelles, ce besoin se traduira naturellement par une ruée des promoteurs sur les espaces verts disponibles (la construction sur espaces verts est moins coûteuse que la rénovation de bâtiments existants ou encore la démolition-reconstruction de bâtiments, notamment sur les friches).

Il est indispensable que les autorités publiques encadrent les promoteurs dans leur choix :

> en donnant des signaux forts en matière de stratégie de développement urbanistique,

> en définissant des zones prioritaires pour le développement de nouveaux projets immobiliers et urbains,

> en ayant une meilleure maîtrise publique du foncier avec une vision prospective (facilitant notamment des échanges de terrains avec le secteur privé).

3. L’amélioration de la participation citoyenne et le droit à l’information

En tant que Plateforme citoyenne, nous souhaitons un renouveau démocratique en terme d’urbanisme et d’aménagement du territoire caractérisé par la participation des habitants à la construction de leur cadre de vie et nous revendiquons que les communes mettent en place des méthodes favorisant l’amélioration de la participation citoyenne et le droit à l’information.

 

NOS DEMANDES

La Plateforme Ry-Ponet souhaite que soient concrétisées ces volontés. Ainsi, nous vous demandons de vous engager à agir en faveur de la création d’un parc métropolitain du Ry-Ponet avec

comme objectifs immédiats :

> l’organisation d’un concours de Masterplan (plan directeur) sur l’espace du parc paysager du RyPonet. Ce Masterplan devra tenir compte des connexions aux quartiers avoisinants, de la cohabitation agriculture-promenade, … de la gestion des bordures intégrant notamment des fonctions de logements.  Le cahier des charges de ce concours devra être rédigé en collaboration avec les mouvements citoyens qui devront également faire partie du comité de pilotage ;

> l’instauration d’un moratoire sur tout projet immobilier sur la zone du parc tant que les résultats de ce concours de Masterplan n’auront pas été analysés et que des conclusions précises n’en auront pas été tirées.

comme axes directeurs :

> la protection du site du parc paysager du Ry-Ponet en lui donnant un statut qui protège sa qualité payasagère et écologique et renforce son accessibilité pour l’ensemble de la population de la métropole liégeoise, en impliquant les habitants et les exploitants agricoles dans la définition du projet et l’entretien et la gestion du site ;

> l’abandon de toute nouvelle forme d’urbanisation portant atteinte aux qualités de ce site 

et comme ambitions pour la ville-métropole :

> une politique de logement qui réponde aux besoins de toutes les catégories sociales, privilégie la rénovation, la transformation et la densification de l’habitat existant et se consacre ensuite à la construction de nouveaux logements prioritairement sur les friches industrielles et commerciales, proches des commodités (emplois, commerces, transport en commun,..) ;

> une politique de défense de l’environnement et de la qualité de vie qui protège et valorise les terres agricoles (dans une perspective d’agriculture bio et de circuit court) tout comme les espaces verts et les paysages, développe la mobilité douce et renforce  la qualité des espaces publics.


Le Memorandum a été présenté publiquement le dimanche 17 juin 2018 à l’occasion de la 3e édition de « Ry-Ponet en fête ».


Articles de presse en lien avec le Memorandum et l’appel aux élu.e.s et candidat.e.s:

  • http://plus.lesoir.be/163572/article/2018-06-19/le-ry-ponet-cheval-de-bataille-de-la-campagne-electorale-liegeoise
  • https://www.lavenir.net/cnt/dmf20180618_01185642/le-parc-du-ry-ponet-au-menu-de-la-prochaine-conference-des-bourgmestres
  • http://www.lameuse.be/245467/article/2018-06-19/des-elus-liegeois-sengagent-pour-un-parc-au-ry-ponet