Quand Neufcour revisite Dalida, les fariboles agricoles d’un promoteur immobilier

Cela n’a pas traîné. Il y a deux semaines, la société Neufcour annonçait le retrait (provisoire) de son projet de méga-lotissement de 520 logements… tout en rappelant les immenses qualités de celui-ci et en ignorant superbement les arguments nombreux et détaillés des 4.700 opposants.

Aujourd’hui, elle entame une opération séduction pour préparer le retour de son projet. Dans un article paru ce 21 septembre dans la DH, le représentant de la société déclare son amour pour les potagers et les circuits courts.

Le premier câlin concerne l’agriculture… et évoque immanquablement un récital de l’inoubliable Dalida.

« Arriva Gigi l’amoroso, croqueur d’amour, l’œil de velours comme une caresse. Gigi l’amoroso, toujours vainqueur, parfois sans cœur mais jamais sans tendresse »

La société Neufcour saisit au bond le projet de Schéma de Développement territorial, qui a été commandé par la conférence des bourgmestres de l’arrondissement de Liège, réalisé par le bureau d’étude Pluris (oui, le même que celui qui a réalisé le projet de méga-lotissement de Neufcour !) et présenté officiellement mercredi dernier.

Ce Schéma souligne notamment le danger que constitue la disparition continue de terres agricoles et propose de consacrer 100 nouveaux hectares par an à de l’agriculture biologique. Sentant une occasion de « verdir » son image, Neufcour évoque la possibilité de créer « des potagers, pourquoi pas… » sur les terres qu’il n’utiliserait pas aux abords de son lotissement.

«  Paroles, paroles, paroles, paroles, paroles et encore des paroles que tu sèmes au vent (…). Comme j’aimerais que tu me comprennes. Rien que des mots. Que tu m’écoutes au moins une fois. Des mots magiques, des mots tactiques qui sonnent faux (…). Rien ne t’arrête quand tu commences. Si tu savais comme j’ai envie d’un peu de silence »

Notons d’abord que cette opération repose d’abord sur un gros mensonge. Neufcour annonce que son lotissement n’occupera que 14 hectares. En réalité, avec les divers aménagements (immeubles, voiries, parkings, cheminements piétons, … ), ce seront bel et bien 21 hectares qui seront affectés en profondeur.

Quant à la douzaine d’hectares restants, Neufcour proposait déjà dans le projet présenté à l’enquête publique en juin de les consacrer à l’agriculture dans le cadre d’une « réserve foncière ». Mais, le 1er juin, lors de la séance d’information publique sur ce projet, le représentant de la société Neufcour, pressé de questions sur le sens de cette expression, avait fini par reconnaître que cela voulait dire que, dans 10 ou 15 ans, ces terrains pourraient être utilisés pour construire de nouveaux logements ! Autrement dit, 500 logements demain, 700 ou 800 après-demain, et encore plus par la suite si d’autres espaces verts pouvaient encore être grignotés à proximité.

Depuis lors, Neufcour n’est jamais revenu sur cet aveu. On mesure donc toute l’hypocrisie du discours sur les potagers et le circuit court. Par contre, on pourra reconnaître que la société Neufcour ne manque pas de créativité : elle vient tout simplement d’inventer le Développement Durable en Contrat à Durée Déterminée !

Neufcour annonce vouloir représenter en 2019 une demande de permis pour son projet – sans modification fondamentale concernant le logement et les voiries, prévient-il. L’invention des potagers temporaires annonce déjà quelques belles tentatives d’enfumage d’ici là.

L’article de la DH dans lequel la société Neufcour présente ses intentions:

http://www.dhnet.be/regions/liege/chenee-un-gigantesque-potager-59c290a0cd705ab67ee23d1e

Image: Source DH