Les bocages du Ry-Ponet sous la loupe d’étudiants en architecture du paysage

Le vendredi 25 octobre 2019, sous un soleil radieux, les étudiants de Master 2 en Architecture du Paysage co-organisé par les trois institutions académiques Haute Ecole Charlemagne / Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech / ULB ) avaient, dans le cadre de leur séminaire « Les paysages ruraux comme patrimoine », parcouru le site du Ry-Ponet avec notre Plateforme. La visite avait été ponctuée de belles découvertes et d’échanges intéressants.

Rue Sainte-Anne, Beyne-Heusay

Point de vue sur le Piedroux, Liège
Chemin du hameau de Chaumont au bois de Beyne, Commune de Fléron

Suite à cette visite, quatre étudiants (Alexis Billon, Driss Chiab, Alix Gancille et Vianney Touchagues) ont choisi de prendre le Ry-Ponet comme thème pour le travail de ce séminaire. Encadrés par leurs professeurs – Nathalie de Harlez de Deulin, Historienne des jardins, Line François, géographe, et Philippe Castiaux, juriste – ils ont étudié, au travers du Ry-Ponet, la thématique de la gestion bocagère et, plus largement, de la qualité paysagère du site.

Pendant deux mois, ils ont parcouru le site dans tous les sens, analysant, mesurant, comptabilisant, décortiquant, dessinant … tous les éléments qui composent le paysage extraordinaire du Ry-Ponet.

Ce lundi 20 janvier 2020, ils ont présenté devant leurs professeurs, leurs pairs et deux membres de la Plateforme invités pour l’occasion, le résultat de leur travail d’analyse paysagère incluant des visions patrimoniales et sociétales, leurs propositions et leurs stratégies d’intervention en vue de la préservation et du renforcement des valeurs du site du Ry-Ponet.

Leur travail comprend notamment un minutieux relevé des typologies de haies présentes sur le site, classées en 9 catégories. Ils ont également réalisé une mesure de la densité bocagère (mètre linéaire de haie par hectare de superficie de sol) par commune et sur l’ensemble du site, afin d’apprécier la densité et la qualité du maillage écologique présent. Outre le fait que les haies renforcent l’attraction visuelle du site, qu’elles structurent et diversifient les vues sur le paysage, les étudiants ont rappelé l’intérêt d’étudier les différents services écosystémiques* rendus par les structures bocagères et donc l’importance de les préserver, mais également de les renforcer et même d’en (re)créer à de nombreux endroits.

* Ecosystémique : désigne un système écologique complet, et prend ainsi en compte les relations entre les êtres vivants et le milieu dans lequel ils vivent.

A la fin de leur présentation académique, les étudiants ont manifesté une nouvelle fois l’enthousiasme qui les a animés tout au long de l’étude du site du Ry-Ponet et leur espoir que le travail ainsi réalisé contribue à une meilleure connaissance du site et, par-delà, à la préservation de ses valeurs culturelles et identitaires particulières.

Quant à nous, membres de la Plateforme, nous avons été ravis d’assister à leur présentation et de découvrir la qualité de leur travail.

Vous pourrez retrouver l’intégralité de celui-ci sur notre site internet dès la fin juin 2020, après la proclamation des résultats officiels.