Pollution privée, dépollution publique, facture à la collectivité: est-ce acceptable?

Qu’un projet de réaffectation d’un site soit guidé par les contraintes qu’imposent la pollution du sol semble bien normal. Mais cela ne dispense pas d’une réflexion de fond.

Ancien site Cuivre & Zinc dit LBP, en cours de dépollution, Chênée – (c) Plateforme Ry-Ponet

Des entreprises privées ont réalisé des bénéfices impressionnants pendant des décennies tout en polluant sans relâche les sols et l’atmosphère. Aujourd’hui, un certain nombre d’entre elles ont mis la clé sous le paillasson et c’est à la collectivité de payer les coûts énormes nécessaires pour faire disparaître les pollutions qu’elles ont engendrées (ou simplement pour en limiter l’impact). Il y a là une injustice flagrante que les nouvelles législations rendant les entreprises responsables des dépollutions en cas d’arrêt de leurs activités ne suffisent pas à réparer.

D’autres mesures devraient être prises pour faire payer les « descendants » des entreprises industrielles disparues (maisons-mères, banques, sociétés nouvelles issues de ces anciennes entreprises,…) ou pour assurer une « réparation collective des dégâts environnementaux » par l’ensemble des entreprises.

Le projet pour le site LBP. De très bonnes intentions… basées sur un pari risqué

Comme expliqué dans notre article du 30 mai 2021, l’avenir du site de l’ancienne usine Cuivre et Zinc (aussi connu sous le nom LBP) et de ses alentours se dessine actuellement. Une étude globale (masterplan) a été réalisée par le bureau MSA pour l’ensemble du site LBP et du site voisin de l’ancienne usine Gauder dont les activités industrielles ont cessé en 2019. Sur base de cette étude, la Ville de Liège a débuté le processus pour modifier le Plan de Secteur, de manière à permettre le développement de nouvelles fonctions sur ces sites qui étaient considérés comme des zones strictement industrielles.

Masterplan réalisé par le bureau d’étude MSA, Illustration extraite du dossier de base relatif à la révision du plan de secteur, p. 97. Cliquez pour agrandir – Source: MSA
Continuer la lecture de « Le projet pour le site LBP. De très bonnes intentions… basées sur un pari risqué »

L’avenir du site LBP de Chênée se dessine aujourd’hui

Un des trois objectifs de la Plateforme Ry-Ponet est de développer du logement bien pensé et respectueux de son environnement.

Un enjeu important dans cette perspective est l’avenir de l’ancien site industriel Cuivre et Zinc (connu aussi sous le nom de LBP), en cours de dépollution, situé près du confluent de l’Ourthe et de la Vesdre. Ce site pourrait accueillir en effet de nombreux logements, à proximité immédiate de la gare, des lignes de bus et du centre commerçant de Chênée, et de nouveaux espaces verts pour tous les habitants du quartier. Et cet avenir se dessine actuellement.

Vue Google Maps – Cliquez pour agrandir

La Ville de Liège, avec l’aide de la Société Provinciale d’Invertissement (SPI) [1], a commandé une étude urbanistique sur le site dit « LBP » et sur le site voisin dit « Gauder ». Le bureau MSA a été désigné pour faire cette étude. Un masterplan a été dessiné. Il vise à réhabiliter l’ancienne zone industrielle en un nouveau quartier regroupant activités économiques, logements et espaces verts.

Continuer la lecture de « L’avenir du site LBP de Chênée se dessine aujourd’hui »